logo-s StartiVia


Le décret Datadock : quelles conséquences pour les organismes de formation privés ?

 
Le 30 juin 2017 est une date cruciale pour les organismes de formation professionnelle privés : c’est l’échéance de certification au décret Datadock : si elle n’est pas respectée, l’organisme n’est plus habilité à dispenser ses formations. Or, d’après les sondages, 90% des organismes risqueraient de disparaître pour cause de non-inscription au Datadock.

Quelques chiffres :

  • Depuis janvier, seulement 3000 organismes auraient été habilités
  • 20 000 sont en attente, suite à une non validation de certains critères qui doivent être retravaillés puis renvoyés.
  • 20 000 autres n’auraient toujours pas fait les démarches de certification et risqueraient donc d’être radiés définitivement.

Les pouvoirs publics entendent former en priorité environ 2 millions de personne sur une période de 5 ans, divisé comme ceci : 1 million de chômeurs non qualifiés, et 1 million de jeunes sans éducation/qualification profiteraient de la formation. Malheureusement, ce chiffre sera difficilement atteignable sachant que le décret DataDock met en péril le monde de la formation. Cela pourrait entrainer la disparition d’un nombre conséquent de formateurs indépendants si ces derniers ne répondent aux critères bureaucratiques exigés (6 critères, 21 points à valider sur une période de 6 mois).

Nous pouvons donc nous demander quel intérêt a le gouvernement à hisser une telle barrière administrative face aux organismes de formations indépendants ? Il semblerait que le but soit d’éviter environ 2% d’escroqueries à la formation, et de détournement de fonds. Bien que les motivations soient honorables, ce décret qualité reste de réellement mettre à mal le milieu de la formation au profit de la réalisation d’un objectif minime.

Sous le prétexte de la qualité, la réforme de 2014 a déjà tenté de réduire le secteur privé de manière radicale, en ayant en ligne de mire une réduction du nombre d’organismes de formations privés à 3000, comme en Allemagne.

 

Plusieurs incidences néfastes :

  • 30 000 à 40 000 formateurs indépendants se retrouveront immanquablement au chômage.
  • Une diminution de l’innovation, de la concurrence, de la flexibilité et de la qualité de formation apparaitra.
  • Le poids des « grands » organismes de formation écrasera les PME : les petites structures n’intéresseront pas les organismes du fait de leur effectif restreint.

Cela aurait aussi un impact géographique considérable :

  • Les zones rurales et périurbaines souffriront de l’impossibilité d’avoir un organisme de formation dans les environs.

Pour conclure, pour gagner en compétitivité et en compétences, l’état français devrait donc adopter une attitude plus laxiste en ce qui concerne les dates de rendu Datadock. Les organismes auraient le temps à la fois de mieux se préparer et également de se mettre à jour sans se précipiter, ce qui éviterait bon nombre de rendus médiocres.

De plus, le manque d’informations autour de cette procédure est également la cause majeur d’un nombre si faible de certifications accordées : courrier, mailing, pour rappeler aux organismes les démarches à suivre ne seraient pas de trop. Si un organisme n’est pas inscrit sur la newsletter d’un Opca, les informations nécessaires ne parviennent pas forcément jusqu’à lui, ce qui est un problème majeur.

Startivia, centre de formation référencé Datadock met ses compétences à disposition des organismes de formation en difficulté pour les aider à obtenir leur certification. Contactez-nous !!!
Cet article vous a intéressé ? N’hésitez pas à consulter les autres articles de notre Blog !

Ecrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *